Entretien avec Kevin Aldo RAKOTONIAINA 16 ans, un des membres de l’équipe de Steam4Good Madagascar et qui a piloté leur fameux robot lors du FGC dernièrement à Dubaï.

Angélique : Bonjour Kévin, tu as fait partie de l’équipe représentant Madagascar au First

Global Challenge, une compétition internationale de robotique, peux-tu me parler de Steam4Good Madagascar s’il te plaît ?

Kevin : Bonjour, Steam4Good Madagascar est une association à but non lucratif qui a pour objectif d’inspirer et d’unir les jeunes à découvrir et à acquérir les compétences nécessaires pour créer des solutions technologiques innovantes aux grands défi s du futur. L’association compte aujourd’hui plus de 50 membres.

Angélique : Quel est le rôle de l’association ?

Kevin : Steam4Good Madagascar sélectionne prépare et fait participer des jeunes scientifiques à des évènements, compétitions nationaux et internationaux tels que FGC (First Global Challenge), Techfest, Hackaton…

Angélique : Justement l’année dernière, vous avez participé au FGC qui a eu lieu à Dubaï du 24 au 27 octobre : comment ça s’est passé ? Les préparatifs etc.

Kevin : Après la sélection lancée par Steam4Good au mois de mars, une équipe composée de cinq jeunes scientifiques dont je fais partie est retenue. Nous avons suivi une formation tous les samedis au sein de l’association et auprès des mentors qui nous ont encadrés. Pour participer au First Global Challenge, l’équipe est responsable de la couverture des coûts d’un kit robot, de l’inscription et du voyage ainsi que les frais relatifs à ce voyage, à savoir l’hébergement, la restauration et d’autres frais annexes. Je peux vous assurer que nous avons fait des mains et des pieds pour trouver des mécènes et d’autres sponsorings. Le team Madagascar a reçu le kit robot en juillet et nous avons procédé au montage, qui nous a pris un certain temps. A noter que le kit robot était commandé aux Etats-Unis et a coûté 5 000 dollars. Nous avons décollé de Tana le 23 Octobre en faisant une escale au Kenya où nous avons retrouvé pratiquement toutes les autres équipes d’Afrique. Ensuite nous avons tous pris le même vol pour Dubaï où un accueil chaleureux nous a été réservé. Le premier jour consistait à faire le test sur le site. C’est aussi la journée d’ouverture de l ‘évènement ou Opening ceremony. La compétition s’est déroulée les jours suivants et la finale a eu lieu le 27 Octobre où nous avons fi ni à la 24e place pendant la phase éliminatoire, ensuite 131e sur les 200 pays participants.

Angélique : Quels ont été les ressentiments de l’équipe malgache ?

Kevin : Le FGC étant une compétition internationale réservée aux jeunes de moins de 18 ans, nous avons pu rencontrer nos jeunes pairs, tous des passionnés et d’échanger avec d’autres talents scientifiques venant des quatre coins du monde. Cette expérience ne pouvait être que bénéfique malgré notre classement. Une riche expérience technologique et humaine.

Angélique : Quels ont été les difficultés que vous avez rencontrées ?

Kevin : Le financement : la recherche de partenariat et sponsoring. Heureusement, nos parents ont apporté leurs contributions.

Angélique : Y aura-t-il d’autres projets pour la suite ?

Kevin : D’autres sélections auront lieu avec des meilleures préparations au préalable et de la performance pour 2020.

Angélique : On parle beaucoup du « Girls Robotika » ou la robotique au féminin ces derniers temps, de quoi s’agit-il ?

Kevin : « Girls Robotika Madagascar » est une équipe féminine qui a représenté Madagascar au concours Robotex international d’Estonie. L’équipe a le privilège des s’être entourée de plusieurs coach, chacun dans son domaine, pour le travail de préparation.

Angélique : Autres choses à rajouter ?

Kevin : Les deux formations consistent à préparer les jeunes scientifiques et technologiques à des évènements et compétitions internationales. Toutes deux défendent la couleur malgache et méritent le soutien de tous.

Angélique : Merci beaucoup Kevin pour cet entretien. Je te souhaite ainsi qu’à ton équipe une bonne continuation. Ne lâchez rien ! NDLR : Comme partout dans les associations à

Madagascar, le problème de financement reste entier à chaque participation à un évènement, surtout à l’international. Des initiatives comme celles-ci devraient être subventionnées par l’état et le ministère de tutelle, et encouragées pour les motiver d’avantage. Une victoire de l’équipe serait une fierté pour tout le pays.

Propos recueillis par Angélique, Encadreur

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *