Journée mondiale de l’eau du 22 mars 2021 : « La place de l’eau dans la société et comment la protéger »

A l’occasion de la Journée mondiale de l’Eau du 22 mars 2021, le club Relations Internationales et le club Politique Publique a organisé une conférence et un reportage documentaire ayant pour thème « La place de l’eau dans la société et comment la protéger ».

               Deux experts ont été invités : M. Solofo RAKOTONANDRAINA, Directeur technicien Eau de la JIRAMA Mandroseza et M. Niandry RAMBOASON, Ingénieur en Eau et Aménagement du territoire, leader du pole RENIRANO de l’ONG Madagascar Will Rise (MWR).

                L’eau est un droit mais non un privilège, pourtant 2 milliards de personnes en sont privés. L’eau occupe une place très importante dans notre vie quotidienne, elle est nous est sine qua none et contribue au bon fonctionnement de notre société. Malheureusement elle est inégalement répartie dans le monde et de plus, sa raréfaction est accentuée par le changement climatique, mis à part sa surconsommation, sa pollution et son non-recyclage. Ainsi, on observe actuellement que l’Eau représente un enjeu majeur au niveau supranational et au niveau infranational.

                 La surconsommation de l’eau est un phénomène que l’on peut retrouver dans certains pays. Aux Emirats Arabes Unis, un citoyen consomme en moyenne 390 litres d’eau par jour, 26 fois de plus par rapport à leurs ressources. Ce besoin accru d’eau a impliqué l’installation du système de dessalement d’eau de mer par les Emirats. Cela a permis de résoudre les problèmes de gestion de l’eau du pays, mais il a été également fortement remis en cause par l’Organisation des Nations Unies à cause de ses effets néfastes sur l’environnement mais surtout la pollution de la mer d’Arabie.
                 Des conflits régionaux ou étatiques sont aussi les fruits des enjeux de l’eau. Aux Etats-Unis on retrouve également la surconsommation de cette ressource vitale : un américain consomme environ 500 litres d’eau par jour. Ainsi on retrouve le pays en conflit avec ses voisins, en particulier le Canada. En effet, même si ce dernier détient 20% des réserves mondiales en eau douce et même si les Etats-Unis sont riches en eau, l’usage abusif de l’eau par les américains inquiète le pays car cela peut remettre en cause le plan de développement durable de l’environnement. Une dégradation de l’environnement aggravera en effet la situation des pays qui sont très pauvres en eau comme les pays d’Afrique et qui ne peuvent subvenir aux moyens nécessaires pour faire face aux problèmes de la gestion de l’eau comme Madagascar.

                  A Tananarive, capitale de Madagascar, la JIRAMA qui a pour rôle d’alimenter les foyers en eau, possède 06 usines de production. Elles produisent 200 000 m3 d’eau par jour, ce qui sont largement insuffisants pour les 3,2 millions d’habitants. En effet en 2019, on a constaté un GAP de 100 000 m3 d’eau, ainsi il est fort probable que ce GAP s’est déjà actuellement élevé. On ne retrouve que 98 000 abonnés à la JIRAMA à Tananarive mais de plus, la capitale est également caractérisée par des coupures d’eau fréquente. La JIRAMA possède des solutions d’urgence qui sont les tours d’eau, des solutions à moyen terme qui sont les systèmes conteneurisés et une solution à long terme qui est un financement provenant de la Banque Européenne d’Investissement (BEI), pour essayer de résoudre ce problème de gestion de l’eau. Malheureusement, les coupures ne sont pas les seuls problèmes d’après les habitants de Tananarive, il y a également la qualité de l’eau qui reste à désirer. En effet, on retrouve des canaux qui sont âgés de plus de 60 ans qui font que l’on obtienne de l’eau couleur terre : l’entretien des infrastructures est mis à mal.
                  Dans les zones rurales on ne retrouve pas de JIRAMA. Ce sont les ONG telles que Miti Consulting et Madagascar Will Rise qui font de leur mieux pour améliorer les conditions de vie en milieu rural. Des projets sont en cours tels que le dessalement d’eau de mer, sur le littoral Sud. Madagascar possède également des partenariats étrangers, particulièrement la Suisse qui lui permet de répondre aux besoins d’eau des citoyens malgaches grâce à des projets promettants.

                   Chacun de nous est responsable de la préservation de cette ressource précieuse qui est l’eau. Il est de notre responsabilité de la protéger en évitant sa surconsommation et sa pollution. L’eau est synonyme de vie, elle est plus valeureuse que l’or. Protégeons-la.

ANDRIANIVOSON Miora Ranjatiana Licence 1

IEP MADAGASCAR

Habilitation: 9188/11566/32903-2013/22421-2016/MESUPRES
Bâtiment CFD-FJKM Ampandrana – Antananarivo 101

Tel: 22 345 64 / +261 34 07 400 51 / +261 33 37 400 41

NOUS SUIVRE
NOS PARTENAIRES
IEP EN BREF

Copyright © 2021. Created by IEP MADAGASCAR